Le républicanisme machiavélien

  • par

« […] car l’ambition des grands est telle, que si dans un État on ne s’efforce, par tous les moyens et par toutes les voies, de l’écraser sans pitié, elle l’entraîne bientôt dans sa chute. »

Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live, I, XXXVI

On accuse parfois le républicanisme d’être un courant politique et philosophique élitiste, c’est-à-dire qu’en proposant des mécanismes institutionnels se voulant neutres pour protéger la liberté des individus, il est aveugle à des sources de dominations plus subtiles et invisibles. C’est la critique forte que fait John McCormick au républicanisme dans son livre majeur Machiavellian Democracy.

Ce sont ceux que McCormick appelle les membres de « l’école de Cambridge » qui ont contribué au renouveau du républicanisme dans les années 90. On peut penser à Philip Pettit notamment. Pour eux, la liberté n’est pas simplement une absence d’interférence comme les théoriciens du libéralisme l’affirment classiquement, mais une sorte particulière d’interférence arbitraire. Celle-ci, entre autres, serait la source de la domination. La liberté est donc conçue comme l’absence de domination. Or, ceux-ci, selon McCormick, ont pensé la protection contre la domination par des mécanismes simplement constitutionnels d’inspiration libérale considérant les individus comme essentiellement égaux.

Dans ce livre, l’auteur dresse un portrait de Machiavel comme étant un penseur d’une démocratie forte, sensible aux dynamiques de classes et à la volonté insatiable des puissants à dominer. McCormick insiste sur l’idée selon laquelle le meilleur moyen de protéger la liberté des individus n’est pas d’instituer des mécanismes neutres de type constitutionnel qui regardent tous les individus, puissants ou pas, comme étant égaux. Ce que défendraient selon lui les républicains de l’école de Cambridge. Au contraire, pour lui, s’inspirant de Machiavel, il est nécessaire de considérer des mécanismes spécifiques aux classes sociales dans l’aménagement des dispositifs démocratiques. Quels mécanismes a-t-il en tête?

  • Des postes ou des assemblées dotées d’un pouvoir de véto ou une autorité législative qui exclut les citoyens les plus riches et puissants.
  • Une procédure de nomination des magistrats combinant élection et tirage au sort.
  • Des procès politiques incluant l’ensemble de la population comme juge.

Les propositions sont fortes, voire radicales. Moi-même je ne m’accorde pas avec certaines, mais il est certain que McCormick offre une contribution utile en signalant que le républicanisme doit prendre compte des tensions causées par les classes, par ce qu’il appelle la « dérive oligarchique ». Machiavel était, comme d’autres auteurs antiques, très sensible au risque que posait l’existence d’individus détenant un pouvoir disproportionné dans les républiques. C’est pourquoi il proposait ce genre de dispositifs radicaux pour lutter contre le pouvoir des puissants. Pour McCormick, Machiavel est avant tout un démocrate au sens fort du terme avant d’être un républicain.

Par contre, on peut considérer que McCormick tire un peu loin l’idée selon laquelle le républicanisme contemporain serait avant tout celui de l’école de Cambridge. Il est vrai que ce courant cherche à rester distant des dynamiques de pouvoir économique et se méfie plus du potentiel dominateur de la « majorité , mais il n’est pas totalement insensible aux questions de pouvoir financier. Pettit comme Viroli, dès le début du renouveau républicain, étaient conscient du risque (l’ami en a glissé un mot ici). McCormick reconnait dans son ouvrage que Pettit hésite sur ce sujet, mais en fin de compte se méfie plus de la majorité (le peuple) que la minorité (les puissants).

Néanmoins, il faut remarquer que de ce républicanisme « élitiste » a émergé d’autres approches plus sensibles aux enjeux de classes comme le républicanisme du travail de Gourevitch. Je crois que le républicanisme est plus radical que ne le laisse entendre McCormick, mais qu’il doit entendre et prendre au sérieux les enjeux qu’il soulève.