La démocratie des parties prenantes

  • par

Dans mes recherches, je suis tombé sur un bref échange entre Moriarty et Barbeau dispersés dans quelques revues académiques d’éthique des affaires. Le thème m’a rapidement interpelé.

La discussion a été lancé par l’article de Jeffrey Moriarty, prof à Bentley University, sur la démocratie des parties prenantes. Ce texte défendait l’idée que s’ils voulaient être cohérents, les défenseurs de la théorie des parties prenantes favoriseraient la démocratie des propriétaires. Moriarty critique ainsi la tendance chez certains adeptes de cette théorie d’être « agnostique » concernant les mécanismes de protections des intérêts des parties prenantes, notamment par la représentation de ceux-ci par des sièges au conseil d’administration. Autrement dit, Moriarty tente de montrer que c’est une erreur de vouloir abandonner la voie démocratique pour donner du pouvoir aux diverses parties prenantes.

L’approche des parties prenantes a, pour Moriarty, deux caractéristiques : la première distributive et l’autre procédurale. L’élément distributif nous dit comment les résultats de la distribution des biens dans la firme (autant le pouvoir que les surplus) devraient être organisés. L’idée est de penser l’entreprise comme étant le résultat de la coopération de ces divers groupes (travailleurs, clients, fournisseurs, investisseurs, etc) et non pas la propriété exclusive d’un groupe. C’est pourquoi l’approche des parties prenantes défend l’idée qu’il est nécessaire de balancer les intérêts des divers groupes entourant l’entreprise. Le second élément est son aspect procédural, c’est-à-dire comment est organisé la prise de parole dans l’organisation, comment sont faites les décisions. En bref, l’aspect distributif demande : « qui bénéficie des résultats des décisions dans l’entreprise » et l’aspect procédural : « qui a son mot à dire sur la décision. ».

Moriarty retrace l’histoire de la théorie des parties prenantes en éthique des affaires et affirme qu’il y a eu un déplacement de la question de la procédurale à la question distributive. Autrement dit, les écrits fondateurs de ce courant par des auteurs comme Evan et Freeman dans les années 90 défendaient clairement l’idée selon laquelle il fallait démocratiser les conseils d’administrations des entreprises de moyenne et grande taille. Ils allaient même jusqu’à défendre une déclaration des droits des parties prenantes donnant droit de représentation à ceux-ci. Cependant, plus récemment, ces mêmes auteurs sont revenus sur leurs positions et plutôt que de défendre encore la représentation (abandon de la perspective procédurale), ils préfèrent vouloir n’importe quels mécanismes ayant des effets bénéfiques sur la distribution. La contribution de Moriarty est de défendre l’idée que l’aspect procédural est essentiel à la théorie des parties prenantes

Dans un article en réponse à ce texte de Moriarty, Aimee Barbeau a critiqué ce dernier en affirmant qu’il n’allait pas assez loin en favorisant une approche réduite au mécanisme électoral. La critique de Barbeau est intéressante, parce qu’elle tire le maximum de la littérature sur la démocratie pour montrer qu’une démocratie forte est difficile à avoir en contexte corporatif. En l’absence de médias, de partis et d’autres institutions de contre pouvoir, il est difficile d’imaginer la démocratie apporter quelque chose de réellement transformateur et positif dans les entreprises. Elle propose plutôt d’insister sur des mécanismes de prises de paroles en plus de contrats plus solides, de mécanismes de rétroaction, etc. En bref, elle invite les théoriciens des parties prenantes de prendre acte des recherches en théorie de la démocratie.

Cet échange est fort instructif, car il me permet non seulement de dire qu’il faut s’intéresser non seulement aux recherches sur la démocratie, mais aussi sur les démocraties antiques, comme j’ai fait dans ce billet sur le tirage au sort en entreprise. Il me permet aussi d’abonder dans le sens de Moriarty, car dans sa réponse à Barbeau, il ouvre quelques portes pertinentes.

Le coeur de sa réponse est en fait d’être d’accord avec elle, mais en montrant que les critiques de cette dernière ne venaient pas réfuter son point, mais seulement montrer les difficultés qui doivent être surmontées. Selon lui, Barbeau a montré que ce n’était pas autour du conseil d’administration que doivent se structurer les procédures de participations, mais dans un florilège d’autres moyens. Or, comme je l’ai dit, Barbeau critique essentiellement le mécanisme électoral, le vote. Elle fait ce qui est selon moi l’erreur d’associer la démocratie au vote et à rien d’autre. La démocratie est un idéal de pouvoir distribué. Ce n’est pas seulement le vote. Le processus électoral est un mécanisme parmi d’autres pour atteindre ce but.

Je crois comme je l’ai dit dans un autre billet de ce blogue que le tirage au sort est un mécanisme important qui doit être réfléchi dans tout système démocratique. Je ne dis pas d’abandonner le vote au sort, mais d’articuler ce genre de mécanismes ensemble, avec d’autres procédures comme la délibération, pour avoir un aménagement réellement démocratique. On pourrait imaginer que le tirage au sort soit un mécanisme de sélection utilisé quand un groupe de partie prenante est large et que ses intérêts sont homogènes tandis que l’élection dans des groupes plus petits. Il y a tout un design à imaginer.

De plus, d’autres questions restent en suspend. Je discutais récemment avec quelqu’un qui me disait qu’une des difficultés importantes concerne la définition et la cartographie des parties prenantes. Autrement dit : « Qui sont dans quel groupe? ». Il est facile d’identifier les travailleurs et les investisseurs, mais le tout se complique rapidement quand on cherche à étendre le pouvoir plus loin. Cependant, je crois qu’à court terme, c’est donner plus de pouvoir aux acteurs qui sont clairement partie prenante de l’entreprise est un bon point de départ.

Bibliographie

Barbeau, Aimee, « Deliberative Democracy and Corporate Governance », Business Ethics Journal Review, mai 2016, pp. 34‑40.

Moriarty, Jeffrey, « The Demands of Stakeholder Theory for Corporate Governance », Business Ethics Journal Review, vol. 4,  no. 8, 2016, pp. 47–52.

Jeffrey Moriarty, « The Connection Between Stakeholder Theory and Stakeholder Democracy: An Excavation and Defense », Business & Society, vol. 53,  no. 6, novembre 2014, pp. 820‑852.