Hiérarchiser les parties prenantes ?

  • par

Dans un récent billet de blogue, le prof de droit Ivan Tchotourian m’a fait découvrir un bref article du Harvard Law School Forum on Corporate Governance, : « A Hierarchy of Stakeholder Needs » (de Sarah Keohane Williamson, FCLTGlobal, 22 juin 2020).

L’article, très bref, est en quelque sorte une réflexion sur une difficulté centrale de la théorie des parties prenantes : comment savoir quelle partie prenante a préséance sur une autre? Comment trancher quand un conflit de priorité émerge?

La solution à ce problème proposé par l’article n’est pas particulièrement originale. Elle réplique la structure de ce qui est aujourd’hui un lieu commun, la pyramide de Maslow et l’applique à l’entreprise et à ses priorités.

L’article ne remet pas en cause la priorité « long terme » des actionnaires. À ce titre, l’article est moins dans le courant de la théorie des parties prenantes qu’une formulation plus nuancée de la primauté actionnariale.

Le problème de la priorisation des parties prenantes est une difficulté centrale en ce texte fait bien de tenter d’y trouver une solution. Dans ma thèse, je propose une solution alternative basée sur les idées de voice et d’exit de l’économiste Albert Hirschman et des contributions de la philosophie politique néorépublicaine. Je crois arriver à montrer que ces outils théoriques permettent de donner des pistes concrètes pour régler le problème de la priorisation.